Stage 10: feeling the miles – les jambes se font lourdes

A proper meal, proper warm showers, a real bathroom, a real bed and electricity… that’s what we left behind this morning but we were excited, the end is approaching, after so many kilometers walked from Conca, so many refuges, so many pigs, cows, horses, donkeys… we’re almost there!

Anyhow, today, we left “Bocca di Vergio” and headed north, as usual. This time we were aiming towards U Vallone or Tigjettu, with a preference for the latter as it would get us closer to the next stage, the feared and revered “Cirque de la Solitude”.

The road from Castel di Vergio took us trough a little forested area at first for a nice mild stroll, then we reached a mellow plain with a gentle uphill. Through the plain ran a river with oh so many little pools, it was unfortunately way too early, and cold, to take a swim. After a few flattish kilometers, we turned uphill and rose up a few hundred meters to discover a magnificent view of the gulf of Porto. Afterwards we headed towards the “Refuge de Ciottulu di i Mori” where we stopped for a short while. This refuge is actually the official stop we ought to have made yesterday instead of Castel di Vergio. From Ciottulu, after a short flat section, we took on a steep, unstable and bouldery downhill, about 2 km long — a very unpleasant and somewhat scary hour and a half.

After the scary downhill we reached another forested area all the way to U Vallone where we stopped for a little foot massage (self administered) and an orangina. Had we not been worried about the next stage, we would definitely have stayed right there, but we did want to get a head start for the next day so we pushed on all the way to Tighjettu, about an extra hour of uphill.

Tighjettu is a nice refuge with beautiful view and a couple of good spots along the river to dip in which made Mary happy.

Tomorrow we’re planning a very early start in a hope to reach the Cirque de la Solitude before it gets too crowded — rock falls are apparently the most dangerous aspect of the passage.


Un vrai repas, des douches chaudes, une salle de bain digne de ce nom et l’électricité… c’est ce que nous avons laissé derrière nous ce matin mais nous sommes contents, la fin du périple approche et après tant de kilomètres parcourus, tant de refuges, de cochons, de vaches, de chevaux, d’ânes et de mules… nous touchons au but!

Aujourd’hui nous avons quitté “Bocca di Vergio” et avons fait route vers le nord — comme tous les jours. Cette fois nous nous dirigeons vers l’auberge de U Vallone ou bien le refuge de Tighjetu avec une légère préférence pour le second qui nous amènerait un peu plus près du fameux “Cirque de la Solitude”.

Le chemin de Castel di Vergio nous a conduit vers une sympathique piste forestière puis vers une plaine verte au milieu de laquelle coulait une rivière avec de nombreux endroits où se baigner, malheureusement, nous étions là un peu tôt pour la baignade. Après quelques kilomètres relativement plats, nous avons grimpé quelques centaines de mètres et en haut de la colline avons pu découvrir une vue superbe sur la ville de Porto après quoi nous sommes redescendu vers le refuge de Ciottulu di i Mori où nous avons fait une petite pause. Le refuge est en fait le refuge officiel de l’étape de la veille, en lieu et place de Castel di Vergio. Depuis Ciottulu, après une section plate nous avons descendus un chemin très escarpé et instable sur environ 2km — une heure et demi très désagréable il faut bien l’avouer.

Après les légères frayeurs de la descente nous avons retrouvé une petite piste forestière que nous avons suivie jusqu’à l’auberge de U Vallone où nous nous sommes arrêtés pour un petit massage de pied (administrés par nous même). Nous serions volontiers restés là mais nos craintes pour l’étape du lendemain on pris le dessus et nous avons donc décidé de repartir en direction de Tighjettu que nous avons rejoint après une bonne heure de montée.

Tighjettu est un refuge for sympathique qui beneficie d’une très belle vue et de charmantes vasques où se baigner ce qui a beaucoup plu à Mary.

Demain, nous allons essayer de partir très tôt pour arriver au Cirque de la Solitude avant qu’il ne soit trop dangereusement fréquenté — les chutes de pierre sont apparemment le plus grand danger de l’étape.